Prélèvement à la source - L'U2P lance une pétition pour mobiliser les Français !


Afin de dénoncer les conséquences néfastes de la collecte de l’impôt par les chefs d’entreprise, et sensibiliser les Français aux menaces que représente la réforme, l’U2P lance une pétition en ligne.

Accessible via le site de l’U2P, elle permettra aux internautes de se mobiliser, et de faire entendre leur mécontentement, en la partageant notamment sur les réseaux sociaux.

L’U2P invite l’ensemble des Français, qui sont tous concernés par cette réforme, à se mobiliser, en signant la pétition et en la partageant avec le plus grand nombre.

Les signatures seront remises en main propre au ministre de l’Action et des Comptes publics.

Pour participer à cette campagne et signer la pétition :

http://u2p-france.fr/chacunsonjob


nousommeschefs_A4_notreboulot.jpg

Liberté de choisir son avenir professionnel : le projet de loi ne répond que partiellement aux objectifs annoncés et soutenus par l’U2P


L’U2P partage totalement la priorité du gouvernement visant d’une part à augmenter le nombre d’apprentis et d’autre part à rendre plus accessible la formation professionnelle continue des salariés des TPE-PME. L’objectif à terme est en effet de répondre aux besoins en compétences des entreprises et de lutter contre le chômage, en particulier celui des jeunes.

Le dispositif annoncé concernant les formations en alternance s’avère globalement satisfaisant. Comme le demandait l’U2P, la contribution alternance sera mutualisée et financera exclusivement les formations en alternance, à la différence du système actuel.

De même, la volonté gouvernementale de donner la priorité à la formation professionnelle des salariés des plus petites entreprises doit être saluée.

En revanche, l’U2P considère que le projet de loi ne répond en rien à l’objectif de simplification, de clarification et de transparence des circuits de financement en matière de formation professionnelle continue.

En effet, si le projet de loi acte le principe d’une contribution dédiée au développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises, les moyens financiers qui y seront consacrés ne sont nullement définis, ni la répartition des moyens affectés au développement des compétences entre les entreprises de moins de 11 salariés et celles de 11 à 49 salariés.

Enfin, l’U2P demande que l’aide accordée aux entreprises employant des apprentis ne soit pas réservée au cas des apprentis d’un niveau inférieur ou égal au bac.

Aussi, l’U2P demande que la ministre du Travail engage le plus rapidement possible une concertation dans l’objectif de modifier ces aspects du projet de loi.

Pour Alain Griset, président de l’U2P : « Compte tenu de l’importance des enjeux de la formation, j’invite la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, à reprendre la discussion afin que les objectifs de cette réforme se traduisent concrètement dans les dispositions du projet de loi. »

Source : U2P

Prix régional de la mixité des métiers


Dans le cadre de son engagement pour l’égalité et la jeunesse, la Région Grand Est souhaite mettre en valeur les jeunes en cours de formation dans une filière où ils sont sous-représentés afin d'encourager les filles à s'orienter dans des métiers dits masculins et les garçons vers les métiers dits féminins.


mixite-metiers1.jpg
Pour pouvoir concourir, les conditions à remplir sont les suivantes :

  • résider en Région Grand Est
  • être âgé de 15 ans minimum jusqu’à l’année des 30 ans.
  • être inscrit au titre de l’année 2017-2018 dans un lycée professionnel de l’Education nationale ou de l’enseignement agricole ou dans un CFA de la région Grand Est en dernière année du cursus de formation.
  • ou être inscrit dans un organisme de formation situé dans la région Grand Est pour suivre une formation du-des programmes régionaux de formations professionnelles et dans le secteur sanitaire et social.
  • ne pas avoir été lauréat lors des précédentes éditions.


Le montant du Prix est de 400 € par lauréat.

La date limite de dépôt des candidatures est le 15 mai 2018.

Pour télécharger le règlement du prix, cliquer ici.

En savoir plus : www.grandest.fr

logo-grandest.jpg

Source : U2P Grand Est

Artisans à Domicile d'Alsace


La coopérative artisanale de services à la personne "Artisans à Domicile d'Alsace" a fait l'objet d'un article de presse dans le magazine "Seniors Actuels" de février / mars 2018.


ADA.jpg

Pour lire l'article, cliquez ici.



Financement des TPE - Réunion organisée par la Banque de France le 27 mars 2018


La Banque de France organise une manifestation consacrée à l’accompagnement et au financement des TPE dont l'objectif est de donner l’occasion aux dirigeants de TPE et à leurs divers partenaires d’échanger sur différents thèmes du financement et de rappeler les dispositifs existants.

L'événement intègre une table ronde ayant pour thème « L’art de bien communiquer auprès de ses partenaires financiers ».

bdf-27-03-2018.jpg

Télécharger le programme de l’après-midi.

Source : U2P Grand Est

L'apprentissage



L’U2P partage l’objectif du gouvernement d’augmenter le nombre de contrats d’apprentissage et de professionnalisation qui sont des voies d’accès privilégié à l’emploi et qui permettent aux entreprises de proximité de préparer les compétences nécessaires à leur développement.

Découvrez l'action de l'U2P sur l'apprentissage en vidéo :

vignette_video_apprentissage.png

http://u2p-france.fr/lapprentissage

Retrouvez les positions de l'U2P sur la réforme de l'apprentissage, en cliquant ici.


Source : U2P Grand Est

Formation professionnelle



La réforme est de nature à mieux adapter les compétences aux besoins de l’économie.



L’U2P partage la philosophie des orientations annoncées par la ministre du Travail qui viennent conforter l’accord des partenaires sociaux. Cette réforme constituera l’un des trois piliers, avec l’apprentissage et l’assurance chômage, du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Les mesures rejoignent trois axes majeurs défendus par l’U2P.

D’abord, la solidarité financière entre grandes entreprises et TPE-PME (de moins de 50 salariés) est renforcée en matière de formation, même si elle reste à préciser.

De même, la mutualisation des fonds de l’alternance est accrue au profit des petites entreprises, conformément à la demande de l’U2P. Cette perspective est d’autant plus justifiée que plus de la moitié des contrats en alternance sont actuellement réalisés dans les entreprises de proximité (artisanat, commerce de proximité, hôtellerie-restauration, professions libérales) et que le potentiel de contrats supplémentaires y est très important.

En outre, cette évolution ne s’accompagnera d’aucune augmentation globale des contributions formation des entreprises, une demande qu’a défendue l’U2P dans le cadre de la négociation paritaire.

Par ailleurs, plusieurs mesures du futur projet de loi répondent à la nécessité de simplifier et de rationaliser le système de la formation professionnelle en France.

La transformation des OPCA en opérateurs de compétences, que l’U2P ne conteste pas à ce stade, nécessite en revanche de travailler dès aujourd’hui à leurs missions, à la place des entreprises de proximité et à la définition de leur champ, notamment en lien avec le processus de restructuration des branches professionnelles.

Le Président de l’U2P Alain Griset a affirmé : « La philosophie et l’architecture de cette réforme sont bonnes, notamment pour les entreprises de proximité, sous réserve évidemment des nombreuses précisions qui nous manquent encore. Il nous reste à concrétiser cela progressivement sur le terrain afin de répondre aux besoins en compétences de nos entreprises et d’améliorer définitivement le marché de l’emploi. »

Source : U2P Grand Est

Journée internationale des droits des femmes



La mixité, ADN des entreprises de proximité

Lire la suite...

ASSURANCE CHOMAGE

Oui à une réforme qui prend en compte le risque entrepreneurial

Lire la suite...

L'Artisanat au coeur des territoires"

Semaine nationale de l’artisanat du 16 au 23 mars 2018

Lire la suite...

Réforme de l'apprentissage


Plusieurs bonnes mesures mais aussi des interrogations.



L’U2P salue la volonté du gouvernement de procéder à une réforme de fond de l’apprentissage afin de le rendre plus attractif à la fois auprès des jeunes et des entreprises. Le développement de cette filière de formation constitue en effet le principal levier pour lutter contre le chômage des jeunes et répondre aux besoins en compétences des entreprises françaises. La majorité des 20 mesures annoncées par le Premier ministre correspondent à des demandes formulées par l’U2P au nom des 2,3 millions d’entreprises de proximité. Néanmoins des interrogations demeurent concernant la mise en œuvre concrète de ces mesures et sur le financement des centres de formation.

Ainsi, plusieurs obstacles à l’embauche d’apprentis devraient être levés. Qu’il s’agisse de la simplification et de l’augmentation des aides aux entreprises, de la sécurisation de la rupture du contrat, de l’assouplissement de la réglementation sur les conditions de travail des apprentis, ou encore de la reconnaissance du maître d’apprentissage, tout cela est de nature à encourager les entreprises à former davantage d’apprentis.

De même, l’U2P accueille avec intérêt, la création d’une prépa-apprentissage permettant aux jeunes intéressés par cette voie d’acquérir au préalable le bagage de connaissances et de savoir être qui leur sera indispensable pour réussir leur apprentissage. Sont également positives les mesures tendant à améliorer et amplifier l’information sur les formations par l’apprentissage et sur les métiers, ainsi que l’aide de 500 euros aux apprentis majeurs pour passer le permis de conduire et la possibilité de débuter un contrat d’apprentissage à tout moment et non plus strictement entre septembre et décembre.

Enfin, la décision de confier aux branches professionnelles la définition des besoins de formation sur les plans quantitatif et qualitatif, ainsi que le financement « au contrat » des centres de formation, vont dans le bon sens.

En revanche, des interrogations demeurent quant au financement des centres de formations interprofessionnels et multi-branches ou ceux formant à des métiers ne relevant pas des grandes branches professionnelles. L’U2P tient à rappeler qu’il est impératif de maintenir un dispositif de péréquation dans le cadre de procédures simples et sécurisées au profit des secteurs qui forment le plus d’apprentis, notamment les secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et de l’hôtellerie-restauration.

Le Président de l’U2P Alain Griset a ajouté : « Cette réforme a encore besoin d’être musclée, notamment pour garantir le maintien des crédits dédiés aux formations aux métiers de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, secteurs qui forment la moitié des apprentis du pays. Si ce n’était pas le cas, il y aurait un vrai risque de diminution du nombre de contrats d’apprentissage, à l’inverse de l’objectif recherché. »

Source : U2P Grand Est

Réforme de la formation professionnelle et de l'Apprentissage


L’U2P se félicite de la reprise de la négociation et souhaite que les Régions conservent des prérogatives en matière de financement de l’apprentissage

Joël Mauvigney, vice-président de l’U2P chargé de l’Éducation, de l’Orientation et de la Formation, s’est exprimé aujourd’hui en introduction de la réunion paritaire qui marquait la reprise de la négociation sur la réforme de la formation professionnelle.

« Mesdames et Messieurs,

L’U2P fait volontiers siennes nombre de propositions figurant dans le projet de texte qui fait l’objet de nos discussions d’aujourd’hui.

C’est notamment et bien entendu le cas du renforcement de l’information et de l’orientation des jeunes et de leurs familles en matière d’apprentissage, d’une meilleure prévention des ruptures de contrats d’apprentissage, de la simplification des règles administratives des contrats en alternance, mais également du renforcement de la fonction tutorale ainsi que la mise en place d’un véritable système d’assurance qualité de la formation.

Nous sommes également prêts à accepter le principe d’un financement de l’apprentissage au contrat, par souci d’une plus grande transparence et d’une meilleure lisibilité du dispositif, dès lors qu’une modulation est possible notamment pour tenir compte des spécificités territoriales.

Cependant, s’agissant du financement de l’apprentissage, ce sujet pose la question de la péréquation financière indispensable au bon fonctionnement du dispositif, notamment au niveau interprofessionnel et multibranches.

Si l’U2P est sensible à la proposition visant à bâtir une péréquation basée à la fois sur un pourcentage significatif de la future collecte alternance ainsi que sur les excédents financiers des branches professionnelles, nous ne pouvons malgré tout nous associer à cette dernière proposition.

En effet, s’agissant des CFA interprofessionnels et multibranches, il est indispensable que les Régions continuent à être leur interlocuteur financier, principalement dans le but de préserver un système de financement de ces centres simple, et leur évitant d’avoir à solliciter une multitude d’opérateurs pour obtenir les financements indispensables à leur fonctionnement.

L’objectif que nous devons poursuivre ensemble est de développer le nombre de contrats d’apprentissage. »

Source : U2P Grand Est

Conjoncture : 2017, année de croissance pour les entreprises de proximité du Grand Est


Dans Le Grand Est, après une simple inversion de tendance en 2016, l’année 2017 restera marquée par le retour à meilleure fortune pour les entreprises de proximité.

Les 184 000 artisans, commerçants et professionnels libéraux ont vu leur chiffre d’affaires progresser de 2 % (*) au quatrième trimestre 2017. Ce chiffre cache néanmoins de vraies disparités entre les différents secteurs représentés par l’U2P.

Ainsi, sur les trois derniers mois de l’année 2017, l’activité des entreprises artisanales a progressé dans notre région de 2,5 %, les professions libérales du Grand Est affichent quant à elles une hausse de leur activité de 2 %. La performance de ces deux secteurs est conforme à la moyenne nationale. L’évolution du chiffre d’affaires des commerces alimentaires de proximité et HCR en Grand Est n’est que de 1 %, elle reste toutefois supérieure à la moyenne nationale (0 %).

Au sein d’un même secteur, les situations varient également selon les filières. Si dans l’Artisanat, le Bâtiment semble tirer son épingle du jeu, l’alimentation est en recul. De même, la situation est contrastée entre le commerce alimentaire de proximité et les HCR.

Paul HENRY, président de l’U2P Grand Est : « La reprise de confiance des chefs d’entreprise de proximité reste soumise à leur perception de l’avenir et à la tournure que prendront les prochaines réformes (apprentissage, formation professionnelle, assurance-chômage, croissance et transformation des entreprises). C’est pourquoi l’U2P continuera de peser de tout son poids pour améliorer l’environnement des entreprises. »

conjoncture-2017.jpg

Source : U2P Grand Est

Chefs d'entreprise, soyez vigilants !



La CNIL lance une alerte.

Des escrocs profitent de l’effervescence actuelle autour de l’entrée en vigueur du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) en démarchant les entreprises de façon malhonnête !

N’y répondez pas !


En cas de doute, contactez la CNIL au 01 53 73 22 22.

Pour plus d'informations : https://www.cnil.fr/fr/vigilance-mise-en-conformite-rgpd



Source : U2P Grand Est avec DIRECCTE et CNIL

Négociation sur la réforme de la formation professionnelle


L’U2P demande au MEDEF et à la CPME de reprendre au plus vite le chemin de la négociation.


Alors que le gouvernement a commencé à répondre à la demande des partenaires sociaux de clarifier le rôle des acteurs de la formation, le Medef et la CPME ont pris l’initiative d’annuler une deuxième réunion de négociation qui devait avoir lieu aujourd’hui.

Cette annulation fait suite à la surenchère qui s’est développée depuis quelques semaines entre représentants des grandes entreprises et des Régions de France pour savoir à qui reviendra la responsabilité du financement de l’apprentissage.

L’U2P considère que ces questions de financement et de structures ne doivent pas prendre le dessus sur les objectifs essentiels : développer l’apprentissage en France en rendant cette formation plus attractive auprès des jeunes et en incitant les entreprises à accroître leur effort de formation par l’apprentissage.

Pour ce faire, l’U2P a émis des propositions (voir ci-dessous) qui méritent d’être examinées avec les partenaires sociaux. C’est pourquoi, il est indispensable et urgent de se remettre autour de la table de négociation. Le Président de l’U2P, Alain Griset a déclaré : « A chiffre d’affaires égal les entreprises de proximité forment six fois plus d’apprentis que les autres entreprises. Ce sont elles qui offrent le levier le plus puissant pour développer l’apprentissage en France. C’est pourquoi je demande à Pierre Gattaz et François Asselin de reconsidérer leur position et de se donner les moyens de bâtir une réforme solide, digne de l’enjeu et soucieuse de l’intérêt général. »

Propositions de l’U2P relatives à la réforme de l’apprentissage


CONTRAT

Modifier la nature même du contrat d’apprentissage, de sorte que les jeunes puissent changer d’orientation en cours de contrat et que les coûts de rupture n’incombent plus aux entreprises. De même accorder les mêmes avantages (activités culturelles et sportives) aux apprentis que ceux accordés aux étudiants.

CALENDRIER

Permettre l’entrée en apprentissage à plusieurs périodes de l’année et non exclusivement au mois de septembre.

PASSERELLES VERS L’ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL

Créer des passerelles entre la voie de l’apprentissage et l’enseignement général afin de donner plus de mobilité aux jeunes dans leur parcours.

RÉMUNÉRATION

Fixer le montant de la rémunération des apprentis en fonction du niveau de qualification atteint et non plus en fonction de l’âge.

RÉGLEMENTATION

Optimiser la formation des apprentis mineurs en réduisant les réglementations restrictives qui s’imposent aujourd’hui les concernant.

RÉFÉRENTIELS PROFESSIONNELS

Rendre les branches professionnelles décisionnaires en ce qui concerne la création et l’évolution des référentiels professionnels des diplômes.

FINANCEMENT

Consacrer l’intégralité des ressources de la taxe d’apprentissage à la formation des apprentis et à la gestion des centres de formation (CFA). Si la gestion de la taxe est principalement du ressort des OPCA, les régions doivent pouvoir continuer à assurer la péréquation pour le financement des CFA multi-branches et interprofessionnels.

MAITRE D’APPRENTISSAGE

Revaloriser la fonction de maître d’apprentissage en lui faisant bénéficier de trimestres de retraites complémentaires et en accordant la médaille du travail.

ENCOURAGER L’EMBAUCHE EN CDI

Encourager l’embauche en CDI à l’issue du contrat d’apprentissage par une exonération dégressive de charges sociales sur 4 ans, 80% la première année, 60% la deuxième, 40% la troisième, 20% la quatrième.

SUIVI MÉDICAL

Confier à la médecine de ville la responsabilité du suivi des apprentis afin de simplifier les démarches de l’entreprise.


Source : U2P GRAND EST


Négociation sur la réforme de la formation professionnelle


L’U2P invite le gouvernement à réunir rapidement les acteurs de la formation professionnelle pour clarifier le rôle de chacun.


La réunion de négociation sur la formation professionnelle du 19 janvier a été ajournée. L’U2P regrette cette décision.

Interrompre les discussions sur une réforme d’une telle importance n’est pas à la hauteur des enjeux. Au contraire, il appartient aux partenaires sociaux de faire rapidement émerger les solutions qui permettront à la fois, aux jeunes et aux demandeurs d’emploi d’accéder plus massivement au marché du travail, et aux entreprises de trouver le personnel qualifié dont elles ont besoin pour se développer.

Les acteurs doivent se mobiliser en particulier pour développer l’apprentissage et la professionnalisation, ces voies de formation en alternance ayant largement fait la preuve de leur efficacité.

S’agissant du financement et de la gestion de l’apprentissage, sujets qui concentrent les principaux désaccords, l’U2P considère que les branches professionnelles doivent avoir un rôle central mais que les régions ont toute leur place aussi dans le dispositif compte tenu des missions qui leur sont confiées en matière de formation, de développement économique et d’aménagement du territoire.

L’U2P se félicite d’ailleurs que les représentants des régions aient repris le dialogue avec le gouvernement.

Néanmoins une certaine confusion s’est installée autour du rôle des différents acteurs de la formation professionnelle.

C’est pourquoi l’U2P invite le gouvernement à organiser une réunion visant à clarifier le rôle de chacun de ces acteurs : représentants des régions, organisations patronales, syndicats de salariés.

Alain Griset a ajouté : « Les sujets de l’apprentissage et de la formation sont trop sérieux pour que nous nous permettions de perdre du temps. C’est pourquoi j’invite le gouvernement à réunir rapidement les partenaires sociaux et les représentants des régions pour repartir sur des bases de discussion plus claires. »


Source : U2P Grand Est

Objet social des entreprises


L'U2P appelle à ne pas creuser le fossé entre les différentes catégories d'entreprises.



L’U2P participera le 5 janvier à la réunion visant à redéfinir l’objet social des entreprises afin notamment d’y intégrer les enjeux environnementaux.

Notre organisation approuve naturellement l’objectif visant à mieux prendre en compte la responsabilité sociale et environnementale des entreprises, au profit à la fois des salariés, de l’ensemble des Français et des entreprises elles-mêmes. Beaucoup d’initiatives concrètes sont d’ailleurs menées par les organisations affiliées à l’U2P pour aller dans ce sens.

En revanche, l’U2P veut absolument attirer l’attention sur deux écueils.

  • Les entreprises artisanales, commerciales et libérales doivent déjà se conformer à de nombreuses dispositions légales et réglementaires dans les domaines environnementaux et sociaux. Et l’U2P dénonce la tendance trop fréquente consistant à légiférer dans l’urgence pour envoyer un signe politique mais débouchant dans les faits sur des dispositions inapplicables et sur une complexification de la vie des entreprises. La création et la suppression du compte pénibilité sont une belle illustration de cette tendance.
  • De manière générale, il faut éviter de prendre des mesures destinées aux seules entreprises sous forme sociétaire écartant de fait les entreprises individuelles qui représentent les trois quarts des entreprises françaises.

Le risque à terme est d’aggraver les inégalités de traitement entre les différentes catégories d’entreprises, selon leur taille ou leur statut juridique.

Ainsi, plutôt que d’aller vers la création d’une énième forme de société, l’U2P appelle à simplifier les différents statuts juridiques des entreprises en vue d’établir une plus grande égalité de traitement en matière juridique, fiscale et sociale.

Source : U2P Grand Est

Centres-villes : le cri d’alarme de l’U2P



11,7 % des commerces de centre-ville sont vacants en France, en augmentation de 63 % en 5 ans *. Les grandes surfaces commerciales se multiplient en périphérie des villes, au détriment des entreprises de proximité qui pourtant créent trois fois plus d’emplois à chiffre d’affaires égal. Malgré les alertes répétées de l’U2P, la fuite en avant se poursuit avec la bénédiction des pouvoirs publics : 1 600 000 m2 de magasins dont la surface excède 1 000 m2 ont été autorisés en 2016, et 37 centres commerciaux doivent s’ajouter aux 800 existants d’ici 2021… Il est urgent de mettre fin à cette dévitalisation des cœurs de villes qui est une absurdité économique mais aussi environnementale et sociale.

Les entreprises de proximité contribuent à la vitalité économique des territoires, mais aussi au maintien du lien social, à la sécurité, à la formation des jeunes, à la création d’emplois non délocalisables, à l’animation des quartiers et à l’attractivité des territoires. Elles sont également porteuses de valeurs dont la France a fondamentalement besoin : esprit d’entreprendre, services à la population, transmission des savoir-faire, engagement dans la vie locale…

A la veille de la réunion de la conférence nationale des territoires du 13 au 15 décembre, et dans la perspective du Plan d’action gouvernemental pour les villes moyennes annoncé pour 2018, l’U2P appelle à une prise de conscience et à l’engagement de mesures drastiques visant à geler les implantations de grandes surfaces et à renforcer le poids du commerce de proximité, que ce soit dans les villages, les villes moyennes ou les grandes villes.

Pour Alain Griset, président de l’U2P : «Il est temps de prendre toute la mesure du drame qui se joue dans la désertification des centres-villes. L’U2P entend pleinement jouer son rôle et doit être étroitement associée à la préparation du plan d’action gouvernemental pour les villes moyennes, qui est un premier pas mais qui reste insuffisant : le problème se pose avec la même urgence dans certaines grandes villes et dans les quartiers difficiles.»


A chiffre d’affaires égal, la grande distribution crée 
3 fois moins
d’emplois que le commerce de proximité


63 %
d’augmentation du taux de vacance des centres-villes en 4 ans


2,5 millions de m2 
de nouvelles surfaces commerciales prévues d’ici 2021


(*) En moyenne 11,7 % des commerces de centre-ville étaient vacants en 2017, contre 7,2% en 2012




Source : U2P

Fongecif Grand Est


Vous vous interrogez sur votre travail, sur votre métier, sur les opportunités d’emploi sur votre territoire, sur les services à votre disposition :

visuel_fongecif.jpg

Le FONGECIF Grand Est vous informe sur :

  • Le Congé Individuel de Formation (CIF),
  • Le Congé de Bilan de Compétences (BC),
  • La Validation des Acquis de l'Expérience (VAE).

Pour contacter le FONGECIF Grand Est, un seul numéro de téléphone : 03 26 03 10 10.


Source : U2P

Délais de paiement


Cette année encore, l’enquête annuelle CODINF-U2P sur les délais de paiement est reconduite.

Participez à l'enquête menée dans le cadre de l’Observatoire des Délais de Paiement pour l’année 2017.

Pour accéder au questionnaire d’enquête cliquez sur le lien suivant :

Enquête U2P / délais de paiement 2017


Source : U2P Grand Est

Propulsé par Dotclear