L'U2P GRAND EST a été constituée le 7 juillet 2017


Le 7 juillet 2017 à BEZANNES, en présence des Présidents Alain GRISET et Michel CHASSANG, l'UPA Grand Est est devenue U2P GRAND EST en accueillant aux côtés de la CAPEB (Bâtiment), de la CNAMS (Services et Fabrication) et de la CGAD (Alimentation de détail) une nouvelle confédération membre : l'UNAPL (Professions Libérales).

photo-lancement.jpg

L'U2P Grand Est reste présidée par Paul HENRY, Pâtissier à Langres.

Compte personnel de prévention de la pénibilité : l'U2P enfin entendue !


Par lettre du 8 juillet 2017 le Premier Ministre a annoncé au Président de l’U2P la volonté du gouvernement de transformer le compte personnel de prévention de la pénibilité en compte professionnel de prévention.

L’U2P se félicite que le pragmatisme l’emporte sur le dogmatisme.

Comme le demande l’U2P certains facteurs ne seront plus mesurés dans l’entreprise: manutention manuelle de charges, postures, vibrations mécaniques, risques chimiques.

Il est en effet impossible pour les entreprises, en particulier les plus petites de mesurer ces facteurs.

Comme le demande l’U2P, les salariés qui pourront prétendre à un départ anticipé à la retraite seront ceux pour lesquels une maladie professionnelle sera reconnue dans le cadre d’une visite médicale de fin de carrière et dont le taux d’incapacité permanent sera supérieur à 10 %.

L’U2P prend acte de la suppression des cotisations actuelles et du financement du nouveau dispositif au sein de la branche accidents du travail-maladies professionnelles-ATMP. L’U2P demande que ce financement soit organisé dans le cadre de la solidarité nationale.

Même si la concertation doit se poursuivre avec le gouvernement sur les modalités de mise en œuvre de ce nouveau dispositif, l’U2P considère que cette annonce permet de redonner confiance aux chefs d’entreprise de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales.

Enfin l’U2P demande que ce nouveau dispositif soit rendu universel pour concerner les travailleurs indépendants, au même titre que les salariés.

LOI TRAVAIL


Sécuriser les chefs d’entreprise de proximité pour libérer l’embauche

Au vu du projet de loi d’habilitation présenté aujourd’hui en Conseil des ministres, l’U2P constate avec satisfaction que le gouvernement semble avoir pris conscience de la nécessité d’adapter le droit et les relations du travail non seulement aux grandes entreprises mais surtout à la très grande majorité des entreprises, celles qui emploient moins de 50 salariés. Afin de parvenir à transformer cette intention en réalité concrète, l’U2P continuera à défendre ses propositions auprès du gouvernement et des parlementaires tout au long de l’été.

1. S’agissant de la hiérarchie des normes, les entreprises de proximité ont besoin d’un code du travail qui soit limité aux grands principes et de conventions collectives de branche qui organisent l’essentiel des relations du travail. L’objectif est de définir des règles adaptées à l’ensemble d’une profession, d’éviter des distorsions de concurrence entre entreprises d’une même branche professionnelle, et ainsi de sécuriser les entreprises qui ne disposent pas de direction des ressources humaines.

L’U2P demande que les entreprises ne puissent pas déroger aux accords de branche dans les domaines suivants : classifications, minima salariaux, prévoyance et complémentaire santé, formation professionnelle, dispositifs de mutualisation, égalité professionnelle.

En dehors de ces domaines, l’U2P propose un dispositif spécifique aux entreprises de moins de 20 salariés qui ne sont pas en mesure de négocier un accord d’entreprise : donner la possibilité à l’employeur de proposer aux salariés des adaptations à l’accord de branche.

2. Dans la même logique, il convient de porter à 20 salariés au lieu de 10 aujourd’hui le seuil de désignation de délégués du personnel et de conforter la loi Rebsamen de 2015 en confiant aux commissions paritaires régionales le soin de représenter ces salariés, sachant que la représentation interne actuelle des salariés est loin d’être efficiente.

3. L’U2P est favorable à la barémisation des dommages et intérêts consécutifs à un licenciement sans cause réelle et sérieuse, mais demande que celle-ci tienne compte de la capacité contributive des entreprises. De même, pour sécuriser les TPE-PME et encourager l’embauche dans les entreprises artisanales, commerciales et libérales, l’U2P appelle à réduire à quelques mois (contre deux ans aujourd’hui) le délai de recours suite à un licenciement et à faire en sorte que les raisons de fond d’un licenciement priment sur les questions de forme dans les décisions contentieuses.

Par ailleurs, l’U2P accompagnera le gouvernement dans sa volonté de simplifier la prise en compte de la pénibilité au travail avec l’objectif d’exonérer le chef d’entreprise des tâches fastidieuses d’évaluation et de déclaration.

Enfin, concernant, le prélèvement de l’impôt à la source, l’U2P prend acte de son report d’un an mais demande son abandon pur et simple au profit d’un système de prélèvement mensualisé n’impactant pas les entreprises.

Source : U2P

Dialogue social dans les entreprises artisanales.


logo-CPRIA-GE_-_2.jpg

La Commission Paritaire Régionale Interprofessionnelle de l'Artisanat du Grand Est, installée le 9 mars dernier, a fait le point sur les actions des commissions qui l'ont précédée sur le territoire régional et défini ses premières priorités pour 2017 et 2018.


La nouvelle commission paritaire régionale réunit 30 membres titulaires (15 représentants des organisations de salariés et 15 représentants de l'U2P).

La présidence et vice-présidence sont assurées alternativement par le collège employeur et le collège salarié.

Lors de leur première plénière à Metz, les membres de la commission paritaire ont décidé à l'unanimité de confier la présidence au collège salarié. La CPRIA Grand Est sera présidée pour les deux années à venir par Silverio PASCUAL (CFE-CGC). Il sera accompagné de Raphaël KEMPF (U2P) en qualité de vice-président.

Un rôle conforté et une nouvelle mission


Lieu d'échanges et de dialogue, dont la vocation n'est pas de négocier ni d'apporter des contraintes supplémentaires, la CPRIA Grand Est doit permettre de construire collectivement un dialogue social adapté à l'entreprise artisanale de moins de 11 salariés tout en respectant le dialogue naturel et quotidien entre le chef d'entreprise et chacun de ses salariés.

Ce rôle d'échanges sur différentes voies d'amélioration de l'attractivité des entreprises (information sur les métiers, besoins de recrutement, conditions de travail, GPEC, santé, hygiène et sécurité au travail, activités sociales et culturelles...), d'avis et de recommandation notamment en ce qui concerne le renforcement d'une politique régionale de formation professionnelle en direction des salariés et des entreprises artisanales, l'apprentissage, est aujourd'hui complété par une nouvelle mission, la prévention des conflits.

Bilan des principales actions menées par les CPRIA avant la réforme territoriale depuis 2010

Œuvres sociales et culturelles

Mise en place en Champagne-Ardenne d'une offre de services pour les TPE artisanales en matière d'activités sociales et culturelles (billetterie, séjours, voyages, réductions diverses) comparable à un comité d'entreprise à travers la création de VIVARTIS Champagne-Ardenne. Inventaire de l'offre sociale et suivi des partenariats avec des opérateurs en matière de chèques vacances, chèques déjeuner...
...

Promotion et attractivité des métiers de l'artisanat

Présence d'un stand de la CPRIA depuis 2014 au Salon Régional Formation Emploi (SRFE) à Colmar

...

Maintien dans l'emploi et amélioration des conditions de travail

Etude en Alsace, en partenariat avec la délégation régionale de l'ANACT (Agence national d'amélioration des conditions de travail) sur l'emploi des seniors dans les entreprises artisanales de tous secteurs d'activité. Suivi de l'expérimentation menée en Champagne-Ardenne sur la santé au travail et la prévention des risques professionnels dans les métiers des services et de la fabrication.

...

Egalité professionnelle et mixité des métiers

Organisation en 2016 d'une série de 3 petits-déjeuners débats avec table ronde à Strasbourg, Colmar et Mulhouse pour notamment mettre en valeur les femmes dans l'artisanat, promouvoir la mixité dans les métiers, lutter contre les représentations dans l'orientation, débattre des aspects réglementaires.

...

Formation professionnelle

Contribution de la CPRIA Alsace sur le livre blanc de formation professionnelle de la Chambre de Métiers d'Alsace.

...

Les 4 premières priorités de la CPRIA Grand Est pour 2017 et 2018

  • Veiller à être un outil de proximité pour les entreprises et les salariés de l'artisanat,
  • Mettre en place la nouvelle mission de prévention des conflits,
  • Agir pour l'emploi des jeunes et la visibilité / attractivité des métiers,
  • Développer l'accès aux activités sociales, culturelles et sportives pour les chefs d'entreprise et les salariés de l'artisanat.




Pour contacter la CPRIA Grand Est : contact@cpria-grand-est.fr

logo-CPRIA-GE_-_2.jpg

Prélèvement à la source


Le report de la mesure est une bonne chose mais une remise en cause plus large est nécessaire.


L’U2P salue la décision du Premier ministre de reporter d’un an l’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. En effet, en confiant aux entreprises le soin de collecter l’impôt des salariés, ce dispositif va imposer de la complexité, des coûts supplémentaires, des risques de contentieux et de conflits au sein de l’entreprise, alors que l’urgence consiste au contraire à alléger les charges et les formalités qui pèsent sur les entreprises artisanales, commerciales et libérales.

C’est pourquoi, il faut aller plus loin qu’une simple décision de report. L’U2P partage l’objectif de prélever sur les revenus réels et non sur les ressources de l’année N-1 mais considère que la collecte de l’impôt n’est pas du ressort des entreprises et constitue au contraire une mission régalienne de l’Etat.

Ainsi, l’U2P souhaite que le délai supplémentaire accordé par le gouvernement soit l’occasion d’explorer des solutions alternatives.

Des possibilités existent pour à la fois répondre à l’objectif légitime de simplification, tout en évitant d’impacter la vie des entreprises, comme par exemple la généralisation du prélèvement mensuel.

Source : U2P

Les particularités des TPE et des PME doivent impérativement être prises en compte dans les prochains chantiers sociaux


Le gouvernement a remis aujourd’hui aux partenaires sociaux un programme de travail qui recense et définit les principaux chantiers sociaux des prochains mois.

L’U2P constate avec satisfaction que les priorités mises en avant par ses représentants ces dernières semaines semblent avoir été prises en compte.

Ainsi, il est prévu d’engager par voie d’ordonnances la réforme du droit du travail si nécessaire pour restaurer la confiance des chefs d’entreprise, mais aussi de préparer une refonte de l’apprentissage, de la formation professionnelle, et de revoir le dispositif de prévention et de compensation de la pénibilité dans le sens d’une simplification pour les entreprises.

S’agissant de la formation professionnelle, au-delà d’un plan massif pour les chômeurs, il sera indispensable de consacrer aussi des moyens importants pour que les salariés et les chefs d’entreprise de proximité puissent s’adapter aux évolutions de l’économie.

Concernant la hiérarchie des normes, le programme de travail se fixe pour objectif de rechercher « la bonne articulation » entre accords d’entreprise et accords de branches. L’U2P demande en particulier que la possibilité donnée aux grandes entreprises de signer des accords dérogatoires ne conduise pas à des distorsions de concurrence au détriment des autres entreprises qui ne sont pas en capacité de négocier de tels accords. La réaffirmation dans le document de travail que la branche professionnelle doit conserver un rôle de régulation économique et sociale va dans le bon sens.

De même, l’U2P prend acte de la volonté de l’exécutif de faciliter le dialogue social dans les TPE et les PME afin que ces entreprises puissent elles aussi s’adapter et gagner en compétitivité. Il conviendra notamment de relever le seuil social de 11 à 50 salariés. Par ailleurs, il faudra permettre aux plus petites entreprises d’échanger certains dispositifs de branche par un avantage équivalent pour les salariés.

La sécurisation des employeurs est également recherchée dans ce programme de travail à travers la fixation d’une barémisation des dommages et intérêts en matière prud’homale. L’U2P défend cette priorité et souhaite en outre que les délais de recours et de jugements soient réduits. Plus généralement les règles applicables en matière de conflits du travail doivent être revues de sorte que ceux-ci soient traités prioritairement sur le fond du litige et non sur des questions de forme comme trop souvent actuellement.

Pour l’heure, l’U2P soutient ce calendrier, cette méthode et le programme de ces réformes sociales. Cependant le plus important reste à mener. Dans le cadre des nombreuses concertations à venir, le principal objectif de l’U2P sera de vérifier que chaque réforme aura pour conséquence de libérer le potentiel de croissance et de création d’emploi des 2.300.000 entreprises de proximité.

Entretien du Président de l'U2P avec le Président de la République


Réforme du Code du Travail : l’U2P demande au chef de l’Etat de faire simple et lisible

Lire la suite...

GOUVERNEMENT PHILIPPE


L’U2P demande que l’économie de proximité soit considérée comme une priorité nationale.


La composition du Gouvernement montre la volonté du Président de la République et du Premier ministre de s’appuyer sur une équipe restreinte.

L’U2P prend acte de ce choix mais s’étonne de ne voir aucun portefeuille ministériel se référer aux priorités des entreprises qu’elle représente pourtant mises en avant par Emmanuel Macron en amont du scrutin présidentiel.

L’U2P tient à rappeler que la France ne retrouvera ni le chemin de l’emploi ni celui de la croissance et du progrès si les 2 300 000 entreprises de l’artisanat, du commerce et des professions libérales ne sont pas placées au cœur de l’action gouvernementale.

Tout le monde s’accorde à reconnaître le potentiel considérable de ces entreprises en matière de formation, d’apprentissage et de professionnalisation, de création d’emploi et de lutte contre les fractures sociales et territoriales.

C’est pourquoi l’U2P souhaite que cette économie de proximité, en apparence oubliée du casting gouvernemental, soit dans les faits considérée comme une priorité nationale.

Le Président de l’U2P, Alain Griset ajoute : « Nous avons été heureux d’entendre les candidats souligner pendant la campagne l’importance des artisans, des commerçants et des professionnels libéraux. Nous demandons maintenant à l’exécutif de joindre les actes aux discours, comme le Chef de l’Etat vient de le faire concernant les travailleurs détachés. »

Source : U2P

U2P_logo_Grand_Est_RVB.jpg

À propos de l’U2P
L’U2P -Union des entreprises de proximité- est la 1ère force patronale en nombre d’entreprises. Elle représente 2,3 millions d’entreprises dans les secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, soit les 2/3 des entreprises françaises et réunit 5 organisations qui représentent ces catégories d’entreprises : la CAPEB (bâtiment), la CGAD (alimentation et hôtellerie restauration), la CNAMS (fabrication et services), l’UNAPL (professions libérales), et la CNATP (travaux publics et paysage) en tant que membre associé.

Présidence de la République


L’U2P félicite Emmanuel Macron et l’invite à relancer l’économie de proximité pour restaurer la confiance des Français.


L’U2P félicite Emmanuel Macron pour son accession à la présidence de la République. Pour avoir travaillé avec lui lorsqu’il était à Bercy, l’U2P salue une personnalité constructive et déterminée.

Ce volontarisme sera nécessaire pour atteindre les objectifs nobles et ambitieux qu’il s’est lui-même fixé dans son discours d’installation à l’Elysée.

L’U2P qui salue la nomination d’Edouard Philippe à Matignon, sera aux côtés du Président de la République et de son Gouvernement pour créer les conditions d’une croissance pérenne et restaurer la confiance des Français.

L’économie de proximité rassemble les 2/3 des entreprises françaises. Ce tissu d’entreprises artisanales, commerciales et libérales offre le plus gros potentiel de formation des jeunes et de création d’emplois non délocalisables. Il est aussi indispensable dans la lutte contre les fractures sociales et territoriales.

La France doit s’appuyer sur ces forces pour retrouver le dynamisme et le rayonnement qui lui manquent aujourd’hui.

Dans ce contexte, l’U2P encourage le Chef de l’Etat à ouvrir une nouvelle page de dialogue social en établissant rapidement un agenda partagé avec les partenaires sociaux. Et l’invite à préparer une vaste réforme de simplification du droit du travail, de libération du potentiel des entreprises de proximité et de sécurisation du travail indépendant.

Source : U2P

U2P_logo_Grand_Est_RVB.jpg

Résultats de la mesure de représentativité patronale


L’U2P, 1ère organisation patronale en nombre d’entreprises.


Les résultats présentés aujourd’hui par la Direction Générale du Travail concernant la représentativité patronale révèlent deux choses.

D’abord l’U2P est incontestablement l’organisation patronale française qui rassemble le plus grand nombre d’entreprises adhérentes, soit 36% du total, confirmant ainsi son statut de première force patronale française en nombre d’entreprises.

Ce résultat conforte la détermination fondatrice de l’U2P dans la défense des entreprises artisanales, commerciales et libérales, qui aujourd’hui ne sont pas suffisamment prises en compte dans les grandes orientations économiques et sociales.

En parallèle et contre toute logique le poids de l’U2P est sous-évalué dans la gouvernance des organismes paritaires. Le système de mesure de l’audience des organisations patronales privilégie en effet les effectifs salariés par rapport au nombre d’entreprises.

L’U2P dénonce cette situation inéquitable qui minore la voix des entreprises de proximité.

Il est particulièrement regrettable que la loi du 5 mars 2014 qui fondait la représentativité sur le nombre d’entreprises adhérentes n’ait pas été appliquée et que le gouvernement ait accepté de la modifier sous la pression des deux autres organisations patronales qui, bien qu’ayant moins d’adhérents que l’U2P, entendaient continuer à imposer leur primat.

Pour autant, l’U2P entend aborder de manière constructive les prochains rendez-vous avec les gouvernants, les parlementaires et les partenaires sociaux.

Les politiques publiques devront contribuer au développement des entreprises de proximité, dans le respect des femmes et des hommes qui s’investissent au quotidien dans l’entrepreneuriat.

Au-delà l’U2P souhaite que les trois organisations patronales travaillent dans le respect mutuel et dans une logique de complémentarité, afin d’établir un environnement économique, fiscal et social favorable au développement de l’ensemble des entreprises françaises.

En conclusion, le président de l’U2P a déclaré : « Les résultats de la mesure de la représentativité patronale, bien qu’ils privilégient les organisations réunissant le plus grand nombre de salariés, contribuent à une meilleure reconnaissance du poids de nos entreprises dans l’économie française. Plus que jamais nous devons imposer la voix de l’U2P pour convaincre les pouvoirs publics de bâtir des lois et réglementations adaptées aux entreprises de proximité. »

Présentation de l'U2P



Le 19 novembre 2016, l'UPA est devenue l'U2P - l'Union des entreprises de proximité.

Découvrez les missions de l'U2P, l’une des trois grandes organisations patronales françaises :

vie-de-chloe-visuel.jpg

Pour visionner le film : http://u2p-france.fr/la-vie-de-chef-dentreprise-de-chloe

Interview du Président national de l'U2P sur France Info le 26 avril


Le Président de l’U2P Alain Griset sera interviewé mercredi 26 avril de 18H51 à 19H00 sur France info.

Au menu de cet entretien : les 13 priorités de l’U2P et les élections, les résultats de la représentativité patronale et les derniers chiffres du chômage.


Pour suivre le direct vidéo sur Internet : http://www.francetvinfo.fr/en-direct/tv.html.

En savoir plus sur l'U2P : http://u2p-france.fr/

Découvrir Les 13 priorités de l'U2P pour le quinquennat

Projet d'accord sur l'assurance chômage

L’U2P soutient le projet d’accord et appelle à faire contribuer les nouvelles formes d’emploi.

Lire la suite...

Semaine Nationale de l'Artisanat



A l'occasion de la semaine nationale de l'Artisanat, la Maison de l'Artisanat de Colmar, vous ouvre ses portes ...


C'est le moment de vous lancer dans l'Artisanat !


JPO_Maison_Artisanat_16-03-2017.jpg

Avec le soutien de l'U2P, la CAPEB, la CGAD et la CNAMS.

Télécharger le programme.

Source : U2P_logo_Grand_Est_RVB.jpg

En savoir plus sur l'U2P.

Semaine Nationale de l'Artisanat


ça commence aujourd'hui !



20170124_AFF_SNA_V1_VD.jpg

4ème édition du salon / congrès Préventica


29-09-16

Télécharger le flyer de l'événement.

Mobilité bancaire et implication pour les entreprises de proximité


A compter du 6 février 2017, un nouveau service de mobilité bancaire, par les banques pour les clients, personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels, sera mis en oeuvre gratuitement.

Ainsi, à compter du mois de février 2017, lorsqu’un client particulier changera de banque, il aura la possibilité, s’il le souhaite, en une seule signature, de donner mandat à sa nouvelle banque pour réaliser en son nom toutes les opérations nécessaires aux changements de domiciliation bancaire des opérations de prélèvement valides et de virement récurrents (*) portées à son compte sur les treize derniers mois.

Les entreprises de proximité qui pratiquent des prélèvements ou virements récurrents (exemple : virement de salaire) à destination de particuliers sont potentiellement concernées par le dispositif et les obligations qui s’y rattachent.

En effet, ce nouveau dispositif prévoit que la « banque d’arrivée » du client communique les coordonnées du nouveau compte aux émetteurs de prélèvements valides et de virements récurrents.

En pratique ce sont les banques teneurs de compte des entreprises émettrices de prélèvements ou de virements du changement de coordonnées bancaires de leur client (cas du prélèvement) ou de leur salarié (cas de virement de salaire par exemple) qui les informeront pour qu’ils réalisent les changements nécessaires dans leurs systèmes d’information.

L’entreprise émettrice de prélèvements ou de virements dispose d’un délai de 10 jours à compter de la réception des nouvelles coordonnées par leur banque pour prendre en compte ces modifications et informer le client ou le salarié :

   De la prise en compte des coordonnées du nouveau compte ;
   De la date à partir de laquelle tout nouveau virement ou prélèvement sera effectué sur le nouveau compte.


Recommandations pour les entreprises de proximité :

  • adopter une démarche proactive à l’égard de leur banque afin de savoir par quel moyen cette dernière a prévu de les informer du changement de coordonnées bancaires d’un client/salarié qui signerait un contrat de mobilité bancaire et de convenir d’un moyen sécurisé de transmission des nouvelles coordonnées bancaires.
  • s’assurer de la traçabilité de l’information transmise au client/salarié relative à la bonne prise en compte des nouvelles coordonnées bancaires et à la date à partir de laquelle tout nouveau prélèvement/virement sera effectué sur le nouveau compte.



(*) Virement récurrent ou régulier : toute opération présentée au moins deux fois par le même émetteur au crédit du compte virement au cours des treize derniers mois.


Source : UPA / U2P
201611_u2p.png

Rencontre du Président national de l'U2P avec le nouveau Premier Ministre


Le Président de l’U2P a rappelé les priorités des entreprises de proximité à Bernard Cazeneuve.

Reçu le 15 décembre par Bernard Cazeneuve, Jean-Pierre Crouzet a présenté au Premier ministre l’Union des entreprises de proximité - U2P, nouveau nom donné à l’UPA depuis l’adhésion de l’UNAPL, et lui a fait part de l’important potentiel économique des entreprises de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales.

Le Président de l’U2P a également abordé plusieurs dossiers sensibles. Il a ainsi dénoncé les nouvelles complications faites aux entreprises concernant le compte de prévention de la pénibilité. En effet, alors qu’une instruction ministérielle permettait à l’employeur de rectifier sans pénalité sa déclaration des facteurs de risques professionnels jusqu’au 30 septembre 2017, un projet de décret prévoit de limiter cette possibilité aux seules déclarations effectuées au 31 janvier 2017 au titre de 2016, les autres cas de rectification étant sanctionnés financièrement. Menacer les entreprises de pénalités au moment où on leur impose d’appliquer un dispositif extrêmement complexe est pour le moins mal venu. Où sont passés le « choc de simplification » et la promesse gouvernementale de supprimer 80% des coûts des entreprises liés à la complexité administrative ?

De même, Jean-Pierre Crouzet a rappelé l’opposition catégorique de l’U2P au prélèvement de l’impôt à la source qui ne fera qu’ajouter de la complexité supplémentaire aux entreprises.

Le Président de l’U2P a également appelé le Premier ministre à réintroduire dans le cadre du projet de loi de finances rectificative une disposition permettant aux entreprises de moins de 50 salariés soumises au régime réel d’imposition, de procéder à une provision pour risque de licenciement. Cette mesure a été adoptée dans le cadre de la loi Travail, censurée par le Conseil constitutionnel pour une question de forme, et devait être réintroduite avec l’appui du ministère du Travail. Le gouvernement s’était même engagé à rétablir la mesure. Le président de l’U2P a donc demandé que la parole publique soit respectée et la disposition réintroduite, afin de sécuriser les chefs d’entreprise qui embauchent.

En outre, l’U2P a rappelé son souhait de parvenir à un diagnostic partagé de la situation du régime d’assurance chômage afin de reprendre la négociation proprement dite et de démontrer la capacité des partenaires sociaux à conclure des accords constructifs, pérennes, et non soumis aux aléas politiques. Jean-Pierre Crouzet a simplement rejeté la perspective d’une surtaxation des CDD de remplacement et saisonniers qui sont inhérents à l’activité de bon nombre d’entreprises de proximité.

Enfin, Jean-Pierre Crouzet a contesté un décret du 11 octobre 2016 qui tend à transformer les associations et centres de gestion agréés (AGA/CGA) en outil de contrôle fiscal au service de l’administration. Il a informé le Premier ministre que l’U2P venait d’engager un recours contre ce décret qui crée une inégalité de traitement criante entre les chefs d’entreprise individuelle et ceux qui exercent sous forme sociétaire.

201611_u2p.png

L'UPA devient l'U2P...

On vous dit tout sur le rapprochement entre l'UNAPL et l'UPA grâce au film "L'UPA devient l'U2P".


201611_u2p.png

2,3 MILLIONS D’ENTREPRISES - L’Union des entreprises de proximité –U2P-, première force patronale du pays



C’est un moment historique. Le 17 novembre 2016, l’UPA et l’UNAPL ont respectivement réuni leurs assemblées générales extraordinaires. L’UPA a modifié ses statuts afin d’accueillir une quatrième composante. L’UNAPL de son côté a décidé d’adhérer à l’UPA qui devient l’Union des entreprises de proximité - U2P -.

L’U2P est désormais la première force patronale du pays puisqu’elle rassemble 2,3 millions d’entreprises des secteurs de l’artisanat, du commerce et des professions libérales, soit les deux tiers des entreprises françaises. Elle est constituée de quatre composantes (CAPEB, CNAMS, CGAD, UNAPL) et fédère plus de 120 organisations professionnelles nationales.

La priorité de cette union est de placer les TPE-PME au centre de la scène économique et sociale nationale et de mettre fin à des décennies de décisions publiques orientées vers les plus grandes entreprises.

Les entreprises de proximité créent de la richesse en tous points du territoire. Elles détiennent les clés du retour à une croissance pérenne et sont en mesure de gagner le combat contre le chômage de masse, à la condition que des mesures phares, pragmatiques et garanties dans la durée, viennent libérer leur potentiel.

C’est dans cet esprit de conquête et avec la ferme volonté d’améliorer l’environnement des entreprises françaises que l’U2P participera à la concertation avec les pouvoirs publics, à la négociation interprofessionnelle et à la gestion paritaire.

Les présidents de l’U2P et de ses quatre composantes tiendront une conférence de presse le jeudi 24 novembre à 11h30 au siège de l’U2P, 53 rue Ampère, 75017.

Propulsé par Dotclear