L’UPA salue l’engagement d’une vraie baisse du coût du travail et appelle à un effort historique de réduction de la dépense publique.

La baisse du coût du travail sera poursuivie et amplifiée dans les prochaines années. L’UPA salue cette décision qui va contribuer à rétablir la confiance des chefs d’entreprise.

D’abord, les artisans, commerçants, travailleurs indépendants, vont bénéficier d’une baisse de 60% de la cotisation d’allocations familiales. Cette mesure vient enfin compenser le fait que les travailleurs indépendants ne bénéficient pas pour eux-mêmes du Crédit d’impôt compétitivité emploi - CICE -. Elle montre aussi la voie d’une suppression générale de la cotisation d’allocations familiales telle que l’UPA la demande depuis plusieurs années.

Le Premier ministre apporte ainsi une réponse concrète au mouvement des « sacrifiés » qui a vu les chefs d’entreprise de l’artisanat et du commerce de proximité dénoncer massivement l’accumulation de nouvelles charges fiscales et sociales.

Parallèlement, l’UPA approuve la réduction de la cotisation d’allocations familiales versée par les entreprises pour leurs salariés à compter de 2016.

Ces mesures contribueront à améliorer la trésorerie et l’investissement des entreprises de proximité, puis à les aider à retrouver le chemin de la croissance et de la création d’emplois.

En outre, la décision de baisser les charges salariales est de nature à accroître le pouvoir d’achat des salariés et à soutenir la consommation des ménages.

La réussite de cette politique nécessitera cependant que chaque mesure de baisse du coût du travail soit assortie d’un plan précis de réduction de la dépense publique.

Enfin, l’UPA considère que le gouvernement doit absolument soutenir l’effort des entreprises en faveur du développement de l’apprentissage.